12 novembre 2006

Le néant


Affligeant ! Il faut se pincer pour le croire quand on écoute Ségolène Royal au Grand Jury RTL. Au prétexte de ne pas vouloir donner de "mesures gadgets", elle refuse d'avancer toute solution concrète et en reste à un niveau de généralités ineptes. Ainsi, pour relancer la croissance, il suffit d'élire Ségolène Royal, ce qui redonnera confiance au pays, comme par enchantement. Pour réduire le déficit, alors qu'on lui demande s'il faudra aumgenter les impôts ou limiter les dépenses de l'Etat, même réponse : la confiance réglera tous les problèmes.

Ajoutons à ce manque de consistance éclatant une versatilité face à l'opinion qui n'est pas la principale qualité requise pour diriger l'Etat : après l'encadrement des délinquants par des militaires, la suppression de la carte scolaire et les jurys populaires, voilà qu'elle recule sur sa proposition de 35h au collège pour les professeurs. On comprend bien la manière dont Ségolène Royal fait de la politique : on lance des idées à droite et à gauche, ça fait toujours parler, puis, quand on voit que ça heurte l'opinion, on revient sur ses déclarations.

Le summum a été atteint en fin d'émission grâce à la question très astucieuse de Nicolas Beytout (directeur du Figaro) : sachant que les Français sont très majoritairement pour un service minimum dans les transports en commun, faut-il instituer des jurys populaires sur cette question ? La prétendante PS a alors montré qu'elle excellait dans la langue de bois (à croire qu'elle a suivi des cours à l'ENA) : le problème n'est pas là, quand il y a grève c'est avant tout de la faute de la direction de la SNCF et que si elle arrivait au pouvoir alors il y aurait de la confiance et du dialogue social et donc de la croissance et moins de grève. Définitivement, Ségolène Royal a du choisir un lycéen de 1ere ES pour peaufiner son programme économique, il est étonnant que les réactions de la classe politique et journalistique ne soit pas plus sévère et plus vive devant tant d'incompétence.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suggère que vous changiez le nom de votre blog en "Au secours la République !"

Erick

VLR a dit…

Vous avez raison, vu commence cette campagne électorale, les idées républicaines me semblent bien menacées !

JPM a dit…

1) Mme Royal démontre l'inutilité de l'ENA ou que sortir de cette école n'est pas forcément une référence.
2) Quand elle est mise face à ses contradictions, elle accuse les autres de machisme.
3) Quand sont publiées des videos, elle dénonce de basses manoeuvres politiciennes alors qu'elle prône la transparence citoyenne.
Un site à visiter :
http://mamilitance.blog.lemonde.fr/
Cette femme devient inquiétante par sa nullité.

VLR a dit…

D'accord sauf sur l'ENA. Cette école permet de fournir des hauts fonctionnaires de grande qualité, en revanche elle n'est résolument pas faîte pour former des hommes politiques.

LuboMoravcik a dit…

Et bien voilà le populisme triomphant a gagné. Je pensais que les militants socialistes seraient moins influencés par le ram dam médiatique et s’attacherais plus au programme politique… mais je me suis, à l’évidence, trompé.
Ségolène Royale peut devenir notre prochaine présidente. Pourquoi pas, jacques Chirac a bien gagné avec les mêmes méthodes et procédés. Ce qui est sur c’est que les français seront perdant. Du moins c’est mon avis. Nous ne casserons pas « la machine à faire les pauvres ». Nous serons toujours seul à encaisser la précarité et autres effets de la mondialisation sans règle.
Rien ne va changer en cinq ans.
La campagne présidentielle sera populisme et démagogique, ponctué de petites phrases et de mesures annoncées et sans lendemain

VG a dit…

Mme Royal ne fait que mettre en oeuvre une statégie très bien pensée.
Il est abusif de dire qu'elle a fait appel à un lycéen pour peaufiner son programme économique.
Elle explique plutôt son programme économique comme si les Français étaient des lycéens de 1ère S.
Compte tenu de la méconnaissance de l'économie par nos concitoyens, c'est une stratégie judicieuse.

Mme Royal est une personne qui a compris que la priorité n'était pas d'être consistante, mais de gagner des élections.
Ce ne sont pas les idées qui votent, mais le peuple.

VLR a dit…

Deux désaccords de fond avec vg :
1- Quand bien même la stratégie de Royal serait bien pensée, cette façon de faire de la politique est complètement anti-démocratique. Même si le "peuple" ne peut pas tout comprendre, il doit savoir où on l'emmène et quels sont les grands principes de la politique qui va être mise en oeuvre. A ma connaissance, le général de Gaulle n'a pas hésité à présenter les vrais enjeux auxquels était confronté le pays aux Français.
2- Il y a une différence fondamentale entre constater une dérive du type "la communication devient prépondérante en politique" et la cautionner. Je ne parviens pas à m'y résigner, les choses ne sont pas inéluctables, il n'y a aucune raison de "déposer les armes de la raison" face à cette mascarade politique qu'est cette pré-campagne.

VG a dit…

Je suis entièrement d'accord avec toi sur le fond, Vincent.

Il ne faut cependant pas sous-estimer Mme Royal, qui est à mon avis beaucoup plus intelligente et bonne stratège qu'elle ne laisse transparaitre.