23 janvier 2007

Distinction objective de la gauche et de la droite


Ce qui rend le débat politique français stérile, c'est qu'il baigne en permanence dans un océan de considérations morales souvent simplistes. Ainsi, la plupart des gens qui se disent "de gauche" estiment que le but de la droite est uniquement de favoriser les riches aux dépens des classes populaires tandis que la majorité des personnes "de droite" pensent que la gauche est incapable de gérer le pays puisqu'elle ne pense qu'à dépenser. Bref, l'immoralité pour les uns et l'incompétence pour les autres, tel semble être le coeur du débat politique français. Pourtant cette thèse ne résiste pas à l'examen des faits : plusieurs "conquêtes sociales" ont été réalisées sous des gouvernements de droite qui, s'ils cherchaient simplement à faire plaisir aux riches, n'auraient aucune chance de se faire élire tant ses derniers sont minoritaires. De l'autre côté, si on regarde l'évolution des performances économiques de la France (essentiellement le déficit et la croissance) au cours de ces dernières années, on observe que les gouvernements de gauche ont des performances au moins comparables à ceux de droite.

Une autre approche, qui vient de l'utilitarisme économique, serait de dire que chaque individu se détermine en fonction des intérêts qu'il a à voter pour tel ou tel parti. Le but des responsables politiques serait alors de coaliser suffisamment de groupes d'individus pour obtenir la majorité. On aboutirait à une sorte de lutte des classes qui aurait au moins le mérite d'être parfaitement rationnelle. Cependant on n'observe rien de tel quand on analyse la composition des électorats des grands partis politiques : tous possèdent une base populaire importante et trouvent le soutien d'une partie des classes plus favorisées. Bien entendu un certain déterminisme social subsiste, on trouve ainsi plus d'ouvriers au PS qu'à l'UMP et plus de chefs d'entreprise à l'UDF qu'au PCF, mais ils sont beaucoup plus nuancés qu'on pourrait le croire au premier abord.

La principale raison à cette situation, c'est que les grands partis républicains, quand ils sont au pouvoir, recherchent davantage un optimum social que la satisfaction de revendications catégorielles. Les Français ont en effet horreur du clientèlisme, du corporatisme et du communautarisme, ils ont, contrairement à ce qu'on entend souvent, largement conscience de ce qu'est l'intérêt général. La première chose à faire pour aller plus loin dans le débat politique que de s'en tenir à des jugements moraux simplistes et erronés est donc de faire sien le postulat suivant : le but des principaux partis politiques est d'améliorer le bien-être de la population.

Cette formulation est suffisamment vague pour permettre de distinguer la droite de la gauche. En effet, chaque camp à des opinions différentes sur les objectifs à atteindre pour augmenter ce bien-être et surtout sur les moyens d'y parvenir. Dès lors, un débat politique serein peut s'installer, valeurs contre valeurs, méthode contre méthode. On en revient toutefois à l'interrogation initiale : qu'est-ce qui distingue les gens "objectivement" de droite des gens "objectivement" de gauche ? Selon moi il s'agit principalement de la place accordée à la responsabilité individuelle face à la responsabilité collective.

Si on schématise, à droite on pense que c'est l'individu lui-même qui est responsable de ses réussites et de ses échecs tandis qu'à gauche on pense que c'est le contexte social qui prévaut. A partir de là, les principales oppositions politiques deviennent plus claires : la gauche réclame un Etat social fort, qui mutualise les risques, qui répartisse les richesses pour combler les inégalités sociales tandis que la droite estime qu'il faut encourager ceux qui prennent des risques et laisser aux individus la responsabilité de s'assurer face aux aléas de la vie par le biais d'organismes privés. Pour le dire autrement, on pourrait affirmer que ce qui distingue le plus la gauche de la droite aujourd'hui, c'est leur degré d'adhésion à la sociologie et notamment la distinction qui existe entre corrélation et causalité.

Prenons un exemple simple, on observe qu'une certaine partie de la population a un taux de chômage plus important que la moyenne nationale. L'interprétation 100% de gauche est de dire qu'une ou plusieurs des caractéristiques de ce groupe sont des handicaps sociaux (discrimination par exemple) qui sont la cause de leur faible taux d'activité. A l'inverse, l'interprétation 100% de droite est de dire que ce groupe possède des propriétés intrinsèques qui font qu'il est moins productif que le reste de la population, ce qui explique leur fort taux de chômage. Aucun de ces deux raisonnements ne peut être considéré comme faux sur le plan de la logique, il traduit simplement le fait qu'à partir de la même corrélation observée, il y a deux manières d'envisager la causalité (de la société vers le groupe ou du groupe vers la société).

Bien entendu, peu de gens sont complètement de gauche ou complètement de droite au sens où je l'entends ici, il n'en reste pas moins qu'un engagement politique réfléchi résulte selon moi avant tout d'une certaine vision de l'Homme et de sa capacité ou non à s'affirmer face au contexte. L'histoire des individus joue un rôle crucial dans la construction de cette vision de l'Homme, plutôt que de devenir qui on est, on est ce qu'on est devenu. Pour illustrer ce propos, j'aimerais m'arrêter sur deux catégories complètement opposées, une de gauche et l'autre de droite. Les premiers, qu'on pourrait appeler la "gauche caviar" (au sens noble du terme) sont ceux issus d'un milieu aisé qui ont choisi le camp d'une classe sociale qui n'était pas la leur. Une des motivations possible de ce choix peut être une sorte de culpabilité d'avoir profité d'une situation favorable sans l'avoir pleinement mérité, c'est-à-dire admettre que sa responsabilité et son mérite individuel n'a pas joué un rôle crucial dans la détermination de son niveau social. Face à eux, on trouve des personnes issues d'un milieu modeste, qui ont réalisé une forte ascension sociale et qui ont choisi un camp qui n'était, là non plus, probablement pas le leur au départ. On peut justifier ce choix par simple opportunisme si on en reste à l'opposition gauche/droite héritée de la lutte des classes, je pense plutôt que ce qui justifie cet engagement, c'est que ces personnes sont persuadées que si elles ont réussi, malgré leurs handicaps initiaux, c'est que la réussite individuelle tient avant tout du mérite et de la volonté personnelle, pas du contexte social.

Ce qui vient complexifier cette "équation politique", c'est que d'autres facteurs que la simple opposition gauche/droite (telle que nous l'entendons en France) interviennent également dans l'engagement politique. On peut ainsi citer l'opposition entre le progressisme (assez proche du libéralisme) et le conservatisme. Pour moi, ce dualisme est très largement indépendant du clivage gauche/droite tel que je l'ai défini. On peut ainsi trouver des libéraux et des conservateurs à gauche comme à droite. La France a ceci de particulier que les libéraux économiques sont souvent conservateurs sur le plan des moeurs et réciproquement, pourtant, dans beaucoup d'autres démocratie (aux Etats-Unis par exemple), c'est cette tension libéralisme/conservatisme qui est au coeur du débat politique, d'ailleurs, en Anglais, "liberal" signifie "de gauche". On touche là à la principale spécificité française : alors que dans de nombreux pays c'est autour de la question de la liberté que se déterminent les principales forces politiques, chez nous c'est le débat autour de l'égalité qui prévaut. Comme l'a écrit Tocqueville, "la France a la passion de l'égalité", ne pas en être conscient, c'est ne rien comprendre à notre pays.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

"La France a la passion de l'égalité" .Belle hypocrisie quand on sait le nombre de régimes dérogatoires, exceptionnels ou spéciaux qui perdurent.
Au risque (assumé) de vous choquer, je dirais que l'égalité(proclamée, avec prétention, dans la devise de la République) n'est qu'une utopie. l'équité peut être un but en soi, pas l'égalité!

anonyme972

VLR a dit…

Vous ne me choquez en rien, que vous n'ayiez pas la "passion de l'égalité" ne me choque pas, la seule chose que je dis c'est que les Français en général l'ont, beaucoup plus que tous les autres peuples.

Anonyme a dit…

j'aime beaucoup votre blog M. VLR , ça me change des autres commentaires où tout le monde sait tout sur tout sans se poser de questions ou alors pas les bonnes

Anonyme a dit…

Je trouve l'article très intéressant et je partage globalement le point de vue.
Vous gagnez un fidèle client ;)

Néanmoins, dans le registre des critiques, je pense que l'analyse du profil psychologique du membre du PS est un peu tirée par les cheveux, et repose sur peu de choses sinon la conviction intime, ce qui est un peu léger.

Herbie

jps a dit…

Mes observations :
Le bouclier fiscale favorise les riches
La France a connu une inflation exponnentielle sous Raymond Barre
C’est exacte que l’on observe que les gouvernements de gauche ont des performances au moins comparables à ceux de droite en ce qui concerne le déficit
Exacte, on n'observe rien de tel quand on analyse la composition des électorats des grands partis politiques : tous possèdent une base populaire importante et trouvent le soutien d'une partie des classes plus favorisées. Les uns sont fourvoyés et les autres altruiste. Les plus grands revolutionnaires étaient des bourgeois. (lire Laurent Joffrin à ce sujet)
Dire que « Les Français ont en effet horreur du clientèlisme, du corporatisme et du communautarisme, ils ont, contrairement à ce qu'on entend souvent, largement conscience de ce qu'est l'intérêt général. » me parait une vision optimiste car si tel est le cas sarkozy ne peut être élu, quant à la connaissance de la définition général ce n’est pas aussi aisé (voir sur ce sujet le rapport des membre du Conseil d’Etat)
Ceci étant effectivement qu'est-ce qui distingue les gens "objectivement" de droite des gens "objectivement" de gauche ?
L’ascenseur sociale est en panne
La France n’a pas la passions de l’égalité mais de l’équité La France n’est plus celle de Tocqueville La France a évolué.
Désormais le clivage gauche droite est moins ténu (http://poly-tics.over-blog.com/)
Excusez pour cette juxtaposition de remarques
Cordialement

Anonyme a dit…

Autant, le débat autour de la liberté semble concret car il tourne autour de l'argent, autant celui qui tourne autour de l'égalité me semble plus flou. En effet, on peut considérer, dans notre monde contemporain, que l'argent est synoyme de liberté (une forme en tout cas, et d'ailleurs la plus généralisée). Celui qui en possède beaucoup peut faire pleins de trucs et celui qui est vilain on lui met une amende pour qu'ils soit moins libre (j'invente rien c'est comme ça).
Peut être que les français veulent que tout le monde ait le même salaire. Qu'en pensez-vous ?

Anonyme a dit…

Rectification du précédent post (peut être pas forcément compréhensible (mais peut être celui-ci sera pire)) :

Autant, le débat autour de la liberté semble concret car il tourne autour de l'argent, autant celui qui tourne autour de l'égalité me semble plus flou. En effet, on peut considérer, dans notre monde contemporain, que l'argent est synoyme de liberté (une forme en tout cas, et d'ailleurs la plus généralisée). Celui qui en possède beaucoup peut faire pleins de trucs et celui qui est vilain on lui met une amende pour qu'ils soit moins libre (j'invente rien c'est comme ça).
Donc aux Etats-unis, par exemple, le débat politique pose la question : a qui on "attribue" l'argent ? Aux vieux conservateurs puritains ou à ces jeunes fous de libéraux ? En France, nous, c'est vrai, on ne parle que d'égalité.
Peut être que les français veulent que tout le monde ait le même salaire. Qu'en pensez-vous ?

VLR a dit…

Je pense que les Français vivent très mal les inégalités de toute sorte. D'ailleurs, on entend toujours dire qu'elles se creusent en France alors qu'elles sont stables depuis environ 20 ans (il existe des indices précis pour les calculer comme l'indice de Herfindal). Je le redis, "La France a la passion de l'égalité" c'est à la fois ce qui fait toutes ses forces et toutes ses faiblesses. Il ne m'appartient pas de juger si cela est bon ou mal.

PS : je suis en train de lire L'ancien Régime et la Révolution de Tocqueville, et on y apprend que ce goût pour l'égalité est antérieur à 1789, tout n'est pas apparu avec la Révolution. Je cite de mémoire : "c'est précisément parce que les privilèges étaient nettement moins grands en France que dans le reste de l'Europe que ceux qui restaient apparaissaient d'autant plus insupportables".

Anonyme a dit…

En vous demandant ce que vous en pensiez, je ne voulais pas vous demander un jugement de valeur mais savoir ce que vous pensiez de cette quête d'égalité.
Si nous nous accordons sur le fait que la quête d'égalité, comme la quête de liberté, est une utopie il serait intéressant de voir à quoi mènent concrètement ces quêtes respectives ou du moins serait-il intéressant de savoir laquelle est la plus réalisable.

paz a dit…

"la France a la passion de l'égalité", ne pas en être conscient, c'est ne rien comprendre à notre pays.
et je rajouterais qu'elle a l'obsession de cacher la verité historique.
paz

Anonyme a dit…

j'attends la suite avec impatience... c'est pour quand le prochain post ?

bibi fricotin